Gestion des pigeons des villes dans les villes suisses

Bases pour une gestion efficace et respectueuse du bien-être animal des pigeons de ville dans les villes suisses

Descendant du pigeon biset, l’homme l’a élevé et utilisé pendant des siècles ; En tant que fournisseur de viande ou d’œufs, facteur ou objet pour les amoureux. Pendant la reproduction, la sélection a été faite pour maximiser le taux de reproduction, c’est-à-dire que les individus avec une activité de reproduction accrue étaient préférés par l’éleveur et l’activité de reproduction accrue pendant la domestication s’est manifestée génétiquement. En conséquence, les pigeons domestiques sont sexuellement matures plus tôt et se reproduisent toute l’année. Afin de pouvoir garder le plus d’animaux possible dans un petit espace, une sélection artificielle a eu lieu pour des animaux moins agressifs et moins territoriaux ; c’est-à-dire que les pigeons avec de grands territoires ont été éliminés. Chez les pigeons urbains en tant que descendants sauvages des pigeons domestiques, le comportement agressif et territorial réduit conduit à une forte concentration spatialement limitée de sites de reproduction. Cette situation non naturelle dans les aires de reproduction dans les villes transforme les comportements naturels en inconduite et crée des problèmes de parasites et de maladies dans les aires de reproduction. D’autres comportements qui ont été perdus pendant la domestication sont maintenant absents du mode de vie indépendant de l’homme d’aujourd’hui. En raison de leur capacité à survivre à des situations d’alimentation unilatérales et à s’adapter aux omnivores, les pigeons des villes sont adaptés à l’approvisionnement alimentaire urbain et sont capables d’occuper la niche écologique du centre-ville. Contrairement aux pigeons biset (la forme ancestrale du pigeon des villes), les pigeons des villes ne peuvent pas compter sur des sources de nourriture naturelles s’il n’y a pas de nourriture disponible. Au contraire, ils dépendent d’une alimentation adaptée à l’espèce humaine et sont autrement contraints de se rabattre sur les déchets humains, ce qui a un effet fatal sur la santé des animaux. L’alimentation inadéquate des pigeons des villes est également responsable des fientes liquides (fientes de famine). Les fientes d’un pigeon bien nourri avec des céréales et des graines sont assez petites et fermes et causent donc beaucoup moins de pollution. De nombreuses mesures pour limiter le nombre de pigeons des villes sont inadaptées

Un contrôle des stocks adapté aux espèces et au bien-être animal de la population de pigeons de ville est une priorité absolue, qui peut être efficacement et durablement pris en compte dans les pigeonniers surveillés.